Mes complexes et moi.

vendredi, août 07, 2015


Mes complexes et moi c'est une histoire qui dure depuis tant d'années que je ne sais même plus quand ils ont rendu ma vie compliquée. Car un complexe, c'est ça : Une complication, un truc qui surgit, venu de nulle part, et qui fout certains aspects de notre vie, et de nous-même, en l'air.


Moi par exemple, c'est mon dos qui me pose problème. Un jour, je me suis levée, ravie de passer la journée à la plage avec mon copain de l'époque et mes amis. Direction la salle de bain pour me préparer. Je me regarde dans la glace, tourne sur moi-même... Et là, j'ai littéralement hurlé. Mon dos était couvert de points rouges, plus ou moins gros. "Acné inflammatoire", selon le dermatologue que j'avais à l'époque, "Ça va passer dans un mois si tu utilises ça". Ça ? Un gel douche dont le nom m'échappe et qui était censé "purifier et nettoyer" mon dos. Mon cul ouais. Ce produit n'a fait qu'empirer les choses et m'a brûlée, créant des petites cicatrices sur tout mon dos et mes épaules (un peu comme les cicatrices que laissent certains boutons de la varicelle). Et voilà cinq ans que c'est comme ça. De mon année de quatrième à aujourd'hui, mon dos et mes épaules sont mon pire cauchemar. Je trouve que ça fait sale, laid, crasseux, bref, je ne supporte pas. Je n'ai plus essayé de traitement depuis, par peur que le schéma du premier se reproduise. Alors je "laisse faire", en espérant qu'un jour je me lèverais avec un dos lisse et beau. Je peux me mettre en maillot de bain, mais jamais seule, et s'il y a d'autres personnes que celles qui m'accompagnent autour de moi, je cache cette partie de mon corps du mieux que je peux (serviette, tee-shirt, tous les moyens sont bons pour ne pas l'afficher). 

Il m'est inconcevable que quelqu'un le touche. Je me dégoûte tant que j'ai la sensation de dégoûter les autres. "C'est pas si terrible que ça tu sais !" m'assurent mes amis en toute honnêteté. Non, c'est sûr, j'aurais pu avoir "ça" sur le visage, ou avoir une maladie grave, bref, "ç'aurait pu être pire !". Et pourtant je le déteste ce dos. Je le hais tellement. Je me demande si un jour ce sera fini. Je me demande si je peux faire quelque chose pour que "ça" s'en aille. Même le dermatologue (que j'ai changé depuis l'épisode du "traitement miracle") me dit que "ça s'en ira tout seul". D'accord, mais quand ? "Mais ça ne se voit pas, tu t'en moques !". Oui, vous ne le voyez pas, mais moi oui. Et je sais que "c'est" là. Mon dos, c'est un mal-être quotidien. Il fait partie de moi, et même si les autres ne le voient pas, et ne le savent peut-être pas, moi oui. Tous les jours je l'observe sous toutes les coutures dans le miroir de ma salle de bain, et tous les jours j'en ai marre. Marre de ne pouvoir rien faire à part contempler ce que je déteste.

Je crois que l'une des pires choses qui me soit arrivée à cause de ce dos de malheur, c'est quand j'ai dû choisir une robe pour le mariage de mon frère. De nature difficile, et voulant marquer le coup avec ladite robe (sachez quand je n'en avais pas porté depuis plus de sept ans, j'avais la pression ahah), j'ai passé deux semaines entières à la chercher. Autant vous dire que ça a été compliqué : Trop courte, trop moulante, tel détail ne me plaît pas, la coupe ne me va pas du tout... Toutes ces phrases que j'ai prononcées (et que je prononce encore de temps à autres ahah) résonnent encore dans ma tête. Mais je crois que la plus terrible c'était bien "Non, on voit mon dos". Prononcer ces cinq mots me faisait mal. C'était comme une défaite. Une défaite contre moi-même et mon corps que je ne comprends pas. Je pense que cette robe m'irait bien mais "non, on voit mon dos". Finalement je l'ai trouvée cette robe tant attendue, et je l'adore. Mais voilà, j'aurais aimé en avoir une autre. Elle était bleu foncé, le genre de bleu qui fait rêver, ni trop longue, ni trop courte, moulante mais sans excès, bref, la robe. Mais je ne l'ai pas prise... Pas la peine de vous dire pourquoi, pas vrai ?


Puis il y a eu mes cuisses, mais c'est déjà moins compliqué à assumer. Disons que c'est moins un complexe, mais plus un "je n'aime pas". Je trouve que c'est radicalement différent. Enfin bref. Certain(e)s me cracheront dessus et/ou hurleront de désespoir parce que, au final, "elles sont très bien ces cuisses !", d'après les autres. "Ne te plains pas ! Regarde les miennes ! Elles sont comme-ci, comme-ça...". Et bien moi "elles sont comme ça" aussi à mes yeux. Je ne suis pas le genre de fille à peser trente kilos et à avoir l'impression d'en faire soixante. Je pèse cinquante-deux kilos pour un mètre soixante-douze, ce qui est plus que correct, j'en suis consciente. Mais depuis que j'ai arrêté l'équitation en Juin 2014, je n'aime pas mes cuisses, tout simplement parce qu'elles ont changé radicalement. Avant, elles étaient fermes et musclées. Maintenant, elles sont molles et grasses. Quand on les pince, sans les malaxer comme de la pâte à pain, ça me fait de la peau d'orange. J'ai plein de petites veines violettes et bleues qui ont "explosé" à cause du choc subi par mes cuisses (le changement entre quatre heures de sport intensives une fois par semaine et plus de sport du tout, à part de la marche et l'EPS au bahut - la "perte de tonus musculaire" m'a dit mon médecin), en gros, ce sont des varices (enfin, c'en est, mais ce sont juste des petites veines, pas les grosses dégueulasses ahah). Bref, je n'ai pas réellement de belles cuisses.

Contrairement à mon dos, mes cuisses ne me dégoûtent pas. La "cohabitation" se passe bien. J'aime les shorts, j'adore ça même, et j'ose en porter sans souci. Alors pourquoi je suis "complexée" ? Tout simplement parce que je ne peux pas m'empêcher de comparer l'avant et l'après. Je sais bien que le fait d'avoir "perdu" cette fermeté et cette musculature peut se "réparer". Je n'ai qu'à faire du sport. Mais je n'aime pas ça, et je n'ai pas envie de me forcer. Alors je ne me plains pas d'avoir les cuisses "comme ça", parce que je sais bien que si je le voulais je pourrais y remédier. 


Mais alors, pourquoi je vous parle de tout ça ? Ne vous en faites pas, ce n'est pas parce que je veux me faire plaindre ou vous prendre le chou avec mes histoires. Mais, dans un premier temps, écrire c'est un échappatoire (et un très bon anti-dépresseur mais là n'est pas le propos), mais c'est surtout pour en venir à ce point :

Mes complexes et moi, c'est les prémices d'une histoire d'amour.

"Hein ? Elle débloque là ?". Et bien non, je suis sérieuse. Je vous parle d'une histoire d'amour entre mon corps et moi. "Le détester pour mieux l'aimer". C'est un raisonnement qui peut sembler fou au premier abord, mais qui ne l'est pas tant que ça.  D'accord, là, tout de suite, maintenant, je hais mon dos. Mais je me dis que lorsque ça ira mieux, j'irais mieux (mentalement je veux dire). Je me trouverais plus jolie, je pourrais porter des vêtements qui me plaisent mais que je ne peux pas mettre au jour d'aujourd'hui, bref, je n'aurais plus de complexes sur mon corps. Alors oui, il y a certaines choses que je n'aimerais pas chez moi, mais, je l'espère, rien ne sera aussi "grave" (à mes yeux, sur mon corps) que ce dos. Donc voilà, j'ai des complexes, mais je me dis qu'un jour ils s'en iront d'eux-même. Evidemment, il y a certains de ces complexes dont je ne vous ai pas parlé ici, déjà parce que l'article ferait huit kilomètres de long, mais aussi parce que j'en ai déjà dit énormément (et je n'ai jamais parlé de ça ouvertement, alors j'ai un peu peur des réactions ahah), et je ne vais pas vous mentir en vous disant que je m'y suis "habituée" (on ne s'habitue pas à ces choses-là), mais j'essaie de positiver et de m'aimer comme je suis pour l'instant, parce que dans tous les cas je ne peux pas faire grand chose, alors j'essaie de m'apprécier, ou du moins d'apprécier les choses qui "me vont", que ça soit sur mon visage ou le reste de mon corps. 

Il y a certains de mes traits physiques que je détestais avant, mais maintenant je les aime, même s'ils sont imparfaits. Par exemple j'aime mes cheveux lisses et bien trop fins. J'aime mon nez droit qui remonte un peu sur la pointe. J'aime mes grains de beauté dans mon cou, sur la gauche. J'aime cette canine qui sort du rang et qui rend mon sourire si particulier. J'ai appris à aimer tout ça, petit à petit, comme on apprendrait un poème ou une chanson dans une langue qu'on ne comprend pas.


La "morale" de cet article, si tant est qu'il y en a une, c'est qu'il faut être patient(e) avec son corps. Il faut apprendre à apprécier certains de ses aspects, pas à pas, sans forcer les choses. Il faut se concentrer sur d'autres points que nos complexes, petits ou grands. Ce n'est absolument pas une fille narcissique ou populaire (je ne suis rien de tout ça de toute façon) qui vous écrit, mais une fille en pleine adolescence qui, un jour, s'est levée et a aimé un défaut physique qu'elle avait, puis un autre, et encore un autre jusqu'à se dire "finalement, je suis pas si mal !".


Et voilà, c'est enfin la fin de ce long billet  C'est le tout premier que j'écris d'abord sur un brouillon (ouiii je sais, c'est le mieux à faire mais j'ai tellement la flemme d'habitude !), et autant vous dire que j'ai fait du tri parmi les vingt et quelques pages que j'ai écrites ! Ecrire tout ça m'a donné les larmes aux yeux et j'ai senti ma gorge se serrer au fur et à mesure que je grattais sur mes petites feuilles A5. Je ne pensais pas que ce sujet me toucherait tant que ça (à croire que je ne découvre que mes complexes me touchent plus que je ne le pense !). Enfin bref, j'espère que la lecture ne vous aura pas ennuyé(e)s, et que vous aurez apprécié tout ce que j'ai pu dire. Excusez les passages peu ragoûtants (les boutons, les varices, tout ça, tout ça...), et excusez l'espèce de prétention qui pourrait être ressentie à travers ce que j'ai dit, notamment quand je dis "m'aimer". Sachez que je ne me vante pas, et je ne m'aime pas comme une personne vaniteuse s'aimerait. J'apprécie certaines petites choses chez moi, et oui, je ne me trouve "pas si" laide que ce que j'ai pu penser il y a quelques années de ça. Il est totalement justifié de se trouver mignonne, belle, jolie, bref, tout ce que vous voulez (de positif !). D'avance, je vous remercie si vous avez eu le courage de tout lire ! N'hésitez pas à partager vos propres complexes et/ou "expériences" positives avec votre corps si le cœur vous en dit, parce qu'après tout, ce billet et un peu fait pour partager ahah ! En tout cas, ce post me tenait très à cœur, et même si en le relisant je ne le trouve plus si chouette que ça, j'espère tout de même qu'il aura eu un quelconque effet bénéfique sur vous (◡‿◡)

 Pour me contacter : plumvent.leblog@outlook.fr

You Might Also Like

25 plume(s) déposée(s)

  1. Coucou ma belle, les dermatologues ne t'ont jamais proposé des traitements oraux à prendre pour ton acné inflammatoire ? Tous les ans, je me fais une petite cure de rubozinc (ça s'achète sans ordonnance en pharmacie) et ça me fait du bien (c'est pas miraculeux, mais ça va toujours mieux) tu peux aussi expérimenter le jus de citron pressé tous les matins à jeûn, il paraît que ça fait un bien fou à la peau ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hey ! J'ai eu un traitement oral oui, mais il n'a fonctionné que pour mon visage :/

      Supprimer
  2. Coucou,
    Je suis contente de voir que je ne suis pas la seule à avoir de l'acné sur le dos et sur les épaules. Mais j'ai aussi de la kératose sur les bras et de l'acné sur la poitrine. Ça me pourrit beaucoup la vie mais j'ai appris à vivre avec et à m'accepter telle que je suis. Je crois que je suis en train d'en guérir mais avec ces saletés on ne sait jamais quand ça disparait réellement.

    Des bisous :)
    Marie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Marie :)
      Effectivement ça "rassure" de voir qu'on est pas la seule à avoir telle ou telle chose ahah :) J'espère que ta kératose n'est pas trop grave :/ Croisons les doigts pour guérir vite :D
      Merci pour ton passage en tout cas :3
      Des bisous (◡‿◡✿)

      Supprimer
  3. Coucou,

    Je trouve cet article vraiment intéressant et émouvant (mais ça c'est peut-être parce que je suis un peu sensible sur les bords !). J'ai aussi de l'acné dans le dos et sur les épaules, parfois jusqu'au décolleté, et ce depuis... 5 ans peut-être. J'ai longtemps voulu cacher ces parties de mon corps et j'ai arrêté quand j'en ai eu marre de transpirer comme jamais en plein mois d'août avec un t shirt manche longues... Maintenant je ne dirai pas que je l'assume (d'ailleurs je me rends compte que je n'ai jamais parlé de ce soucis de peau à qui que ce soit) mais je préfère ne pas y penser, ne pas me regarder.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Léa !

      C'est touchant ce que tu me dis... C'est triste ce "mais je préfère ne pas y penser, ne pas me regarder". Je ne sais pas trop quoi te dire, désolée... Mais j'espère que pour toi aussi ça ira mieux, et le plus vite possible ❤ Courage !

      Merci pour ton passage ❤
      Des bisous (◡‿◡✿)

      Supprimer
  4. Un billet tout en franchise et bien courageux pour assumer au grand jour tes complexes. Je suis tout à fait d'accord avec toi chacune est libre d'avoir les siens et ne devrait pas être jugé parce que c'est pire chez la voisine...

    Sinon pour ce qui est des boutons dans le dos ma soeur a eu ca et cela l'a énormément complexée. Puis un jour j'ai lu un truc tout con sur un blog : le rinçage des cheveux !! Du coup je lui en ai parlé, lui demandant comment elle se rinçait les cheveux (shampoing/après-shampoing/masque/et autres produits capillaires sous la douche) En fait elle mettait le pommeau de douche au dessus de sa tête et laissait l'eau simplement rincer ses cheveux. Jusque là rien de grave sauf quand on se rend compte que tous les produits appliqués sur ses cheveux finissaient donc par dégouliner sur ses épaules. Or quand on pense à tous les trucs pas très sains (parabens et j'en passe) qui sont contenus dans ces produits on comprend mieux. En fait cela devait comme boucher les pores de son dos et laissait une pellicule de produit qui étouffait la peau donnant lieu aux boutons... Surtout qu'avec le nombre de trucs que nous les filles sommes capables d'appliquer sur nos cheveux, elle s'était déjà lavé le corps avant de rincer le dernier produit capillaire. Pour elle il y a eu de réels résultats, j'espère que cela pourrait être une solution pour toi...

    Bonne soirée ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Tiffany :) Merci pour ce commentaire ! Je ne sais pas vraiment si j'ai fait preuve de courage ahah, à la base, ce billet ne devait pas s'adresser aux 900 (et plus !) personnes qui sont venues le lire depuis ce matin :') ! Mais bon, je pense que c'est important de parler de ce qui ne va pas, même si c'est à une personne derrière un écran :)
      Je me rince tout le corps après avoir lavé mes cheveux, pour ne plus avoir de produit justement, mais je vais essayer de les rincer autrement, pour voir s'il y a du changement ! Merci pour ce conseil en tout cas, et merci pour ton passage (◡‿◡✿)

      Supprimer
    2. Très judicieux conseil puisque c'est ce que j'ai fait également ( ne plus utiliser de shampooings contenant des silicones, rincer pas seulement en lissant mes cheveux mais au contraire en me secouant un peu la crinière ) et que le résultat a été visible dès les dix premiers jours !
      Je n'avais pas énormément de boutons dans le dos, mais + sur les épaules et ils ont TOUS disparu !

      Supprimer
    3. Il faut vraiment que j'essaye alors ! Merci beaucoup (◡‿◡✿)

      Supprimer
  5. Hello!
    Merci pour ce billet très émouvant comme dit plus tôt et que j'ai pris beaucoup de plaisir à lire malgré la longueur ^^
    Je comprends tout à fait ce que tu ressens puisque moi-même je cohabite avec les jambons qui me servent de jambes depuis plus de dix ans ; à chacune ses complexes ! Je n'aime ni mes fesses, ni mes cuisses, ni mes mollets que je trouve beaucoup trop gros et disproportionnés par rapport au reste de mon corps qui me satisfait globalement. Du coup, comme toi, j'ai appris à aimer et à mettre davantage en valeur les trucs qui me plaisaient chez moi (en l'occurrence cheveux, yeux, bouche ou mains), ce qui m'a amenée à me trouver un peu jolie et c'est tant mieux !
    Malheureusement, il m'arrive de souffrir malgré tout, surtout l'été, quand vient le moment de se mettre en short ou en maillot, chose à laquelle j'ai renoncé (je n'assume pas assez ces complexes). J'ose espérer qu'un jour je m'accepterai totalement et je te le souhaite aussi. Car au final, «ça» fait partie de nous et qui sait, peut-être qu'avec quelques bonnes pratiques (plus de sport pour moi, traitement adapté pour toi), «ça» finira par passer ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Marilyn !
      Merci beaucoup pour tes gentils mots, ça me fait très plaisir :) Contente de voir que tu réussis malgré tout à t'aimer, ou du moins à te trouver jolie, c'est le plus important ❤ J'espère que tu arriveras à surmonter ces complexes en tout cas ! Bon courage avec "ça", comme tu le dis si bien ahah, et ne te laisse pas abattre par l'été, fais-toi plaisir ! ❤
      Des bisous (◡‿◡✿)

      Supprimer
  6. Merci pour cet article, j'ai beaucoup aimé te lire :)
    Ca me rend triste de voir que tu as autant de mal avec ton dos :( Ce doit être très dur pour toi, de vouloir le cacher à tout prix, j'espère que plus tard, tu te réconcilieras avec ton dos, et qu'il te pourrira un peu moins la vie (et tes choix vestimentaires ! ).
    C'est un bel article que tu as écrit, je le partage tout de suite :)
    Plein de bisous !

    Anaïs
    du blog "Le Cerf à la Menthe" pour apprendre à s'aimer soi-même, gagner en confiance en soi et réaliser ses rêves

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Anaïs !
      Contente de voir que l'article t'ai plu :) C'est "dur" dans le sens où je me prive de beaucoup de choses et que comme je l'ai écrit, je trouve ça "sale", alors que ça ne l'est pas, et c'est très difficile de l'accepter. Mais bon ! Je persévère en espérant que ça partira tout seul un jour ou l'autre ! Merci pour les gentils mots en tout cas, ça me fait très plaisir ❤
      Des bisous (◡‿◡✿)

      Supprimer
  7. Ta démarche est très courageuse. C'est sûr que s'accepter tel qu'on est peut s'avérer très compliqué. Moi aussi je complexe sur mon nombril, mes cuisses ou ma grande taille. Lire cet article m'a fait du bien. Partager ton expérience est une façon de s'encourager à s'accepter. Sache que tu es très jolie et que j'espère que tu te sentira mieux en lisant les commentaires de ton article. Bisous :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir !
      Merci beaucoup pour tes jolis mots, ça me fait très plaisir :) En effet, lire les commentaires des autres fait du bien, mais plutôt dans le sens où certaines personnes me disent "Merci" (pas forcément ici mais par message ou mail par exemple) et apprécient ce que j'ai écrit. Mes complexes me prennent la tête, c'est sûr ! Mais avec le temps je les oublie, un peu, sauf quand je dois les regarder (comme le matin et le soir dans ma salle de bain ahah). Merci encore en tout cas, j'espère que malgré tes petits complexes tu profites à fond de ce que la vie peut te donner !
      Des bisous (◡‿◡✿)

      Supprimer
  8. Bravo pour cet article, je le trouve parfait ! On a tous besoin d'en parler, on a tous des complexes, mais combien sont prêts à les dévoiler, ou encore plus, les assumer ?

    Comme je te comprends pour ce que tu as dis sur tes cuisses. Je faisais du sport de manière plutôt intensive plus jeune : de la danse depuis mes 3 ans et au lycée j'ai carrément intégré une troupe en plus de mes cours techniques + un baccalauréat spécialisé danse. Environ 15h de danse toutes les semaines, sans compter les weekends sortie, les spectacles, etc...
    Que du bonheur mais à la majorité, je n'ai plus retrouvé de cours adaptés pour mon âge et n'ai gardé que ma troupe.

    Mon corps a changé, je ne suis plus aussi tonique, musclée, et je le regrette. La danse me manque, mon corps me manque et le reflet dans le miroir ne me convient plus. Je ne peux pas non plus m'empêcher de faire des avant/après et constater à quel point j'étais mieux.

    Je ne lâcherai pas. Je vais trouver une autre sport supplémentaire, me remettre d'aplomb. J'en ai besoin, et même si je ne retrouverai jamais le "avant", je peux m'en rapprocher peut-être ?

    Merci en tout cas pour ton article qui fait du bien à lire.
    Je te souhaite de continuer sur cette jolie voie, sur ce bon esprit et ces paroles douces, bonne continuation :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Ollynolera :)
      Merci beaucoup pour ce commentaire, ça me fait très plaisir :) Je te souhaite de retrouver une alternative qui te permettra de te sentir à nouveau bien en tout cas ! Persévère ;)
      Des bisous (◡‿◡✿)

      Supprimer
  9. Hello! Merci d'avoir partagé tout ça avec nous! Je parlais aussi récemment des complexes sur mon blog je te comprends très bien! Je me retrouve beaucoup dans ce que tu dis par rapport au fait qu'on peut apprendre à s'aimer (avec ses défauts).
    Pour ton dos ma petite soeur avait eu un problème similaire, apparemment c'était lié au stress. Elle a essayé tous les traitements possibles, ca ne partait pas. J'espère que tu vas trouver une solution en tout cas :)
    A très vite!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Anne-Charlotte :)
      De rien ahah, j'espère que tu as pu te retrouver dans mes mots, mais d'une bonne manière (bon ok c'est pas très français mais je suis un peu fatiguée aujourd'hui) ! Pour ma part, le dermato dit que c'est juste comme l'acné que je peux avoir sur le visage (une maladie donc), mais je pense que c'est lié à autre chose : Stress, shampoing (comme dit plus haut avec d'autres personnes), lessive (si si, c'est arrivé à une amie !), bref, c'est autre chose, mais quoi ?
      Passe une bonne journée, merci pour ton passage (◡‿◡✿)

      Supprimer
  10. Hello ! Un billet bien intéressant. Moi aussi, j'ai un complexe -enfin, ça n'est pas vraiment un mais je ne supporte pas-, c'est la cellulite ! Oh oui... Cet effet peau d'orange sur tes cuisses et fesses, vraiment désespérant... La solution pour m'en débarrasser ? Le sport, je sais. Mais je suis comme toi, je n'aime pas en faire... Mais je compense avec une autre partie de mon corps -plutôt deux- ma taille & mes cheveux ;) !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Anaïs, merci pour le compliment ! Ah la cellulite, la peau d'orange... SEXY ! On est deux allergiques au sport alors ahah ;) Un peu comme moi ! Taille et cheveux (ça c'est le top) !
      Bonne journée (◡‿◡✿)

      Supprimer
  11. Hello, je me reconnais aussi dans ton témoignage, pendant des années j'ai eu honte de mon dos et mon décolleté pleins de boutons. J'ai consulté plusieurs dermatologues qui m'ont donné des traitements divers et variés, jusqu'au fameux roaccutane et ses effets secondaires effrayants.Je ne l'ai jamais pris. J'ai décidé de demander un nouvel avis à un autre dermatologue et là, miracle, au bout de plusieurs années on me dit que ce n'est pas de l'acné mais un champignon (pityriasis versicolor)! En fait ce qui cause la plupart de nos pellicules qui tombent dans le dos et le décollé! 3 semaines de traitement et j'en suis débarrassée!!! Cela fait plusieurs années, bien sûr j'ai toujours 2-3 boutons comme tout le monde mais rien de comparable! Plusieurs professionnels sont passés à côté pour moi donc je t'en parle au cas où... on ne sait jamais ce serait trop bête! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir :)

      Pourtant je n'ai pas de pellicules, ou alors seulement lorsque je change de climat (en allant à la montagne par exemple), mais ça ne dure jamais longtemps :/ J'essaierais de voir avec un autre dermato et je lui parlerais de ce problème, merci pour l'info en tout cas :)

      Supprimer

Si vous voulez laisser un avis, par ici (◡‿◡✿)

Billets sponsorisés

Les articles accompagnés de ce logo sont des articles rémunérés

Crédits

Sauf mention contraire (citation des sources), tous les textes et images présents sur ce blog m'appartiennent et ne sont pas libres de droit.
Follow my blog with Bloglovin