J'ai lu : L'amour dure trois ans, de Frédéric Beigbeder

mercredi, septembre 21, 2016


Bonjour vous !  La forme ce matin ? En ce qui me concerne, ma semaine a commencé sur les chapeaux de roue (ouais je sais, personne n'utilise cette expression de nos jours - et tout le monde sort cette phrase quand on utilise un mot ou une expression qui date) ! Entre la Poste que se fout de moi (littéralement), les cours qui s'enchaînent et qui deviennent plus compliqués (et je n'en suis qu'à ma deuxième semaine), et mon humeur changeante, je suis servie ahah ! Mais bon, c'est Septembre, c'est normal (oui je déteste ce mois). Aujourd'hui, je vous retrouve pour une nouvelle revue littéraire ! Pour tout vous avouer, j'ai hésité à vous la faire, car je n'ai, finalement, pas grand chose à dire sur l'oeuvre du jour... Cependant, je me suis dit que ça serait tout de même sympa de vous partager cette lecture plus "légère" que celles que j'ai pu vous présenter auparavant ! Vous l'avez lu dans le titre, je vais vous parler de L'amour dure trois ans, petite nouvelle de Frédéric Beigbeder (◡‿◡) cliquez sur les photos pour une meilleure qualité


Résumé : "Au début, tout est beau, même vous. Vous n'en revenez pas d'être aussi amoureux. Pendant un an, la vie n'est qu'une succession de matins ensoleillés, même l'après-midi quand il neige. Vous écrivez des livres là-dessus. Vous vous mariez, le plus vite possible – pourquoi réfléchir quand on est heureux ?". C'est une histoire d'amour très moderne et radicalement auto-biographique. Le héros - un jeune homme "branché" et noceur - se souvient de ses débuts dans la vie lorsque, plein d'illusions, il épousa Anne, la plus jolie fille de sa génération. Il se souvient qu'au début de leur amour, tout était bleu ; que la tendresse succéda à l'amour dès la deuxième année de leur mariage ; que l'infidélité fut la loi de leur couple dès la troisième année. Alors, il sait que la loi du monde pourrait ainsi se formuler : "L'amour dure trois ans". Tout le roman, dont le symbole est l'horloge de Beaubourg - qui marche à reculons en décomptant les secondes qui nous séparent de l'an 2000... - est une variation drôle et émouvante sur ce thème. Il faut savoir que, pendant qu'il raconte l'échec programmé de son premier mariage, le héros vit avec Alice. Et, là encore, l'heure tourne...

Ce synopsis reflète le style de cette nouvelle : Étrange, décalé, et absolument génial. Je ne sais plus vraiment comment je suis tombée sur ce titre, mais en tout cas, j'avais été assez attirée pour me le procurer en version digitale ! Dans l'ensemble, j'ai bien aimé ma lecture, qui était assez agréable, sans trop de prise de tête.

Dans L'amour dure trois ans, on suit les déboires amoureuses du pauvre Marc Maronnier (qui n'est autre que l'auteur lui-même au final), qui est persuadé, après un douloureux divorce, que "l'amour dure trois ans". La première année, comme il le dit si bien, on achète les meubles. La seconde, on les déplace, et la troisième, on se les partage. J'ai plutôt bien aimé de drôle de personnage, pauvre bougre qu'on plaint (en plus de le voir se plaindre) sans cesse. Sa vie semble être un échec permanent (même sa tentative de suicide a été ratée, c'est vous dire), et malgré nous, on ne peut s'empêcher de sourire en lisant chaque nouvelle galère du bonhomme.

J'ai beaucoup aimé le ton grinçant, assez ironique par moments, et même si j'ai eu du mal à me plonger dans l'histoire au début (que j'avais du mal à cerner, à cause de la façon d'écrire surtout), j'ai tout lu d'une traite ! C'est léger, c'est drôle, un peu philosophique par moment, mais sans être trop lourd ou agaçant. J'ai bien aimé cette vision de l'amour qui nous est partagée à travers les quelques chapitres de cette nouvelle. Le personnage principal le décrit un peu comme un produit de consommation, duquel on finit par se lasser un jour ou l'autre, et que l'on cherche à remplacer par quelque chose de plus beau, et de neuf.

L'amour dure trois ans est une lecture que je qualifierais de lecture "sans prétention", un peu brouillon mais très agréable. Il n'y a pas besoin de réfléchir lorsqu'on lit l'histoire du pauvre Marc/Frédéric, et égoïstement, plus on avance au fil des pages, et plus on se dit que finalement, notre vie n'est pas si pourrie ! On se retrouve forcément, à un moment donné, dans les paroles du protagoniste, et on ne peut s'empêcher de sourire devant la véracité de certains propos.

Pour conclure, je dirais que L'amour dure trois ans est une lecture rapide, assez sympathique, mais pas incontournable. Je vous conseille cette oeuvre si vous avez quelques heures à tuer, et que vous êtes à court de livres à lire. Vous pourrez retrouver le livre physique aux alentours de 6€ en librairie.


Ce sera tout pour moi aujourd'hui !  Je m'excuse pour la petitesse (attention, langage soutenu sur le blog aujourd'hui) de cet article, mais comme je vous le disais dans l'intro, j'avais assez peu de choses à dire sur cette nouvelle (en même temps, quarante et quelques pages, c'est pas énorme !). Et vous alors, est-ce que vous avez lu L'amour dure trois ans(◡‿◡)

 Pour me contacter : plumvent.leblog@outlook.fr

You Might Also Like

2 plume(s) déposée(s)

  1. Je n'ai pas lu le livre, mais j'ai vu le film.

    J'ai moi aussi beaucoup aimé le côté très ironique parfois.
    Et puis le sujet de fond est tellement d'actualité : les relations Kleenex.

    Des bisouuuus !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je compte voir le film incessamment sous peu moi aussi ! J'espère qu'il est bien :)

      Bisous (◡‿◡✿)

      Supprimer

Si vous voulez laisser un avis, par ici (◡‿◡✿)

Billets sponsorisés

Les articles accompagnés de ce logo sont des articles rémunérés

Crédits

Sauf mention contraire (citation des sources), tous les textes et images présents sur ce blog m'appartiennent et ne sont pas libres de droit.
Follow my blog with Bloglovin